Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 09:22
La liste noire des médicaments plus dangereux qu'utiles

Source de l'article:

http://www.ledauphine.com/fr

Publié le 27/01/2017 à 14:38 

 

La revue médicale indépendante "Prescrire" vient de dévoiler une nouvelle liste d’une centaine de médicaments à éviter. Stresam, Voltarène, Celebrex... Sur les 91 recensés, 82 sont vendus en France.

 

Dans sa liste en accès public des médicaments à éviter en raison des risques sanitaires «disproportionnés» qu’ils font courir aux patients, la revue "Prescrire" recense cette année 91 médicaments, dont 82 vendus en France.

La liste des 91 médicaments à éviter

Cancérologie - Hématologie

Le catumaxomab (Removab)
Le défibrotide (Defitelio)
Le mifamurtide (Mepact)
Le nintédanib (Vargatef)
L’olaparib (Lynparza)
Le panobinostat (Farydak)
La trabectédine (Yondelis)
Le vandétanib (Caprelsa)
La vinflunine (Javlor)

Cardiologie

L’aliskirène (Rasilez), un antihypertenseur inhibiteur de la rénine
Le bézafibrate (Befizal), un hypocholestérolémiant (anticholestérol)
Le ciprofibrate (Lipanor ou autre), un hypocholestérolémiant
Le fénofibrate (Lipanthyl ou autre), un hypocholestérolémiant
La dronédarone (Multaq), un antiarythmique
L’ivabradine (Procoralan), un inhibiteur du courant cardiaque IF
Le nicorandil (Adancor ou autre), un vasodilatateur
L’olmésartan (Alteis, Olmetec et associations), un antihypertenseur de la classe des antagonistes de l'angiotensine II (alias sartan)
La ranolazine (Ranexa), un anti-angoreux
La trimétazidine (Vastarel ou autre), substance aux propriétés incertaines utilisée dans l’angor
Le vernakalant (Brinavess), un antiarythmique injectable

Dermatologie, allergologie

La méquitazine (Primalan), un antihistaminique H1 « sédatif » et « atropinique » dans les allergies
L’omalizumab (Xolair) dans l'urticaire chronique
La prométhazine injectable (Phénergan), un antihistaminique H1 dans
l’urticaire sévère
Le tacrolimus dermique (Protopic), un immunodépresseur dans l’eczéma
atopique

Diabétologie - Nutrition

Les inhibiteurs de la dipeptidyl peptidase 4 (DPP-4, alias gliptines) :

-L'alogliptine (Vipidia, Vipdomet)
-La linagliptine (Trajenta, Jentadueto)
-La saxagliptine (Onglyza, Komboglyze)
-La sitagliptine (Januvia, Xelevia, Janumet, Velmetia)
-La vildagliptine (Galvus, Eucreas)

La canagliflozine (Invokana)
La dapagliflozine (Forxiga)
La pioglitazone (Actos)

Perte de poids :

L’orlistat (Xenical ou autre)
L'association bupropione + naltrexone (Mysimba)

Douleur, Rhumatologie

Antalgie

Les coxibs :

Le célécoxib (Celebrex ou autre)
L’étoricoxib (Arcoxia)
Le parécoxib (Dynastat)

Les AINS suivants :

L’acéclofénac (Cartrex ou autre)
Le diclofénac (Voltarène ou autre)

Le kétoprofène en gel (Ketum gel ou autre)

Le piroxicam (Feldène ou autre)

Ostéoporose

Le dénosumab (Prolia)
Le ranélate de strontium (Protelos)

Arthrose

La diacéréine (Art 50 ou autre)
La glucosamine (Voltaflex ou autre)

Divers

La capsaïcine en patchs (Qutenza), dans les douleurs neuropathiques
Le méthocarbamol (Lumirelax), myorelaxant
Le thiocolchicoside (Miorel ou autre), myorelaxant
La pégloticase (Krystexxa)
La quinine (Hexaquine, Okimus) dans les crampes
L’association colchicine + poudre d’opium + tiémonium (Colchimax)
L’association dexaméthasone + salicylamide + salicylate d’hydroxyéthyle (Percutalgine)
L’association prednisolone + salicylate de dipropylène glycol (Cortisal)

Gastro-entérologie

La dompéridone (Motilium, Peridys, Oroperidys et génériques), neuroleptique, traitement des reflux gastro-œsophagiens (voyez : 231 morts subites injustifiées annuellement en France - 2015.)
Le dropéridol (Droleptan), neuroleptique, traitement des reflux gastro-œsophagiens
Le prucalopride (Resolor), apparenté aux neuroleptiques, traitement de la constipation chronique

Gynécologie - Endocrinologie

La tibolone (Livial), stéroïde de synthèse dans le traitement hormonal substitutif de la ménopause

Infectiologie

La moxifloxacine (Izilox), antibiotique
La télithromycine (Ketek), antibiotique

Neurologie

Maladie d’Alzheimer

Le donépézil (Aricept ou autre)
La galantamine (Reminyl ou autre)
La rivastigmine (Exelon ou autre)
La mémantine (Ebixa ou autre)

Sclérose en plaques

L’alemtuzumab (Lemtrada)
Le natalizumab (Tysabri)
Le tériflunomide (Aubagio)

Migraine

La flunarizine (Sibelium), neuroleptique
L’oxétorone (Nocertone), neuroleptique

Maladie de Parkinson

La tolcapone (Tasmar)

Ophtalmologie

La ciclosporine en collyre (Ikervis) dans la sécheresse oculaire avec kératite sévère
L’idébénone (Raxone) dans la neuropathie optique héréditaire de Leber

Pneumologie, ORL

L’éphédrine, décongestionnant vasoconstricteur
La naphazoline, décongestionnant vasoconstricteur
L’oxymétazoline, décongestionnant vasoconstricteur
La phényléphrine, décongestionnant vasoconstricteur
La pseudoéphédrine, décongestionnant vasoconstricteur
Le tuaminoheptane, décongestionnant vasoconstricteur
L'ambroxol (Muxol et autre), mucolytique
La bromhexine (Bisolvon), mucolytique
La pholcodine, opioïde (toux)
Le tixocortol (Thiovalone), corticoïde (maux de gorge)
L’omalizumab (Xolair), anticorps monoclonal (asthme)
Le mépolizumab (Nucala), anticorps monoclonal (asthme sévère)
Le mannito inhalé (Bronchitol), mucolytique
Le nintédanib (Ofev), inhibiteur de tyrosine kinases avec effet antiangiogenèse

Psychiatrie, dépendances

Antidépresseurs

L’agomélatine (Valdoxan)
La duloxétine (Cymbalta)
Le citalopram (Seropram ou autre)
L’escitalopram (Seroplex ou autre)
Le milnacipran (Ixel ou autre)
La venlafaxine (Effexor LP ou autre)
La tianeptine (Stablon)

Autres psychotropes

La dapoxétine (Priligy), éjaculation précoce
L’étifoxine (Stresam), traitement de l’anxiété

Sevrage tabagique

La bupropione (Zyban)
La v

Comme les années précédentes, on y trouve certains médicaments contre le rhume, des décongestionnants, comme la pseudoéphédrine, qui exposent à un risque de troubles cardiovasculaires graves voire mortels (poussées d’hypertension, AVC, troubles du rythme cardiaque).

La liste noire reprend également plusieurs médicaments contre l’ostéoporose dont le strontium ranélate (Protelos) qui peut aboutir à des troubles neurologiques et cardiovasculaires pouvant aller jusqu’au décès.

Le Champix de nouveau évalué

Mentionné l’an dernier, le Champix (varénicline), utilisé dans le sevrage tabagique, a été retiré de la liste des médicaments à éviter après la publication de nouvelles données en 2016. "Prescrire" procède actuellement à une nouvelle évaluation.

D’autres médicaments sont en revanche ajoutés, comme le Muxol ou le Bisolvon, utilisés pour soulager des maux de gorge, mais qui peuvent entraîner des réactions allergiques et des réactions cutanées graves, parfois fatales, alors qu’ils ne sont pas plus efficaces qu’un placebo.

Sur la centaine de ces médicaments plus dangereux qu'utiles recensés par l’inventaire de la période 2013-2016, seulement une dizaine ont fait l’objet d’une suspension ou d’un retrait d’autorisation de mise sur le marché.

Partager cet article

Repost 0

commentaires