Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 10:41

Vous pensez faire un AVC ? Vous pensez qu'un de vos proches fait un AVC ? Voici les bons réflexes à avoir sur les conseils du Dr Marie Bruandet, médecin au service de neurologie du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph.

 

Interdit de boire et de manger

Il est important de le savoir : une personne qui fait unAVC ne doit ni boire ni manger. "La personne peut avaler de travers, il y a ensuite un risque d'infection pulmonaire" prévient le Dr Marie Bruandet, du service de neurologie du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph.
Pensez-y : Essayez de noter pour vous-même ou l'un de vos proches l'heure à laquelle les symptômes ont commencé. Vous pourrez ensuite donner cette information lors de la prise

 

S'allonger

Si vous pensez faire un AVC, allongez-vous. Même chose s'il s'agit d'un de vos proches. Pourquoi ? "Pour éviter d'avoir une tension trop basse" répond le Dr Marie Bruandet. Ce qui est le cas si vous restez debout.

 

Appeler le 15 plutôt que de foncer à l'hôpital

Quand on suspecte un AVC, il faut appeler le 15 c'est-à-dire le Samu. C'est mieux que de vous rendre directement à l'hôpital, même le plus proche. Pourquoi ? "En cas d'AVC, il est important d'être aiguillé vers le bon service, celui qui a une unité neurovasculaire ce qui n'est pas le cas partout", explique le Dr Bruandet. Avant de souligner que, dans certains cas, "être pris en charge dans une telle unité peut diviser la mortalité par deux".

A savoir : L'unité neuro-vasculaire est une unité reconnue par l'Agence régionale de santé. Elle comprend des lits de soins intensifs neuro-vasculaires et des lits d'hospitalisation "classiques" dédiés. Elle est spécialisée dans la prise en charge des AVC et AIT (accidents ischémiques transitoires). Elle accueille et prend en charge les patients 24h/24 et 7j/7.

 

Quels sont les principaux signes d'alerte de l'AVC ?

Vous pouvez sauver votre vie et celle d'un proche en sachant reconnaître rapidement un AVC. Pour rappel, "la plus importante chose à savoir est que les symptômes d'un AVC sont brutaux et la plupart du temps indolores", indique le Dr Bruandet.
Parmi les plus fréquents : un déficit neurologique brutal (ex : un bras qui devient tout d'un coup lourd, une anesthésie par exemple, une faiblesse dans une jambe ou d'une partie du visage), des troubles du langage (ex : mutisme), des difficultés à trouver ses mots (ex : bégaiement, mots déformés...), des troubles de la compréhension ou de la vision (ex : perte de la vision d'un oeil). Ces troubles peuvent être associés à d'autres comme les troubles de l'équilibre, par exemple.
A savoir : Si les symptômes durent 10-15 minutes et que tout redevient normal, ne vous dites pas que ce n'était rien. Au contraire, c'est une alerte ! Il y a un risque de refaire un accident vasculaire cérébral définitif. Il ne faut pas attendre et aller dans un hôpital qui dispose d'une unité neuro-vasculaire pour faire un bilan en urgence et rechercher la cause exacte des symptômes constatés.

 

Sources

- Agence régionale de santé

- Ministère de la santé

- Haute Autorité de Santé

Remerciements au Dr Marie Bruandet et au Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires